dans la marge le site

Depuis mon premier voyage en 1991, pour un convoi humanitaire et un travail de communication, la Roumanie est ma patrie de cœur. Ne me demandez pas pourquoi, je vous répondrais comme Michel de Montaigne : « Parce que c’était Elle, parce que c’était moi… » Ce pays et ce peuple m’ont touché au cœur et je me suis laissé toucher. J’aime cette langue métisse, faussement simple ou latine, qui dit toute l’histoire de ce pays. J’aime ce peuple, avec ses énormes qualités humaines et spirituelles, et ses défauts caractéristiques . J’aime ce pays, sa géographie, ses cicatrices, sa position en Europe… Ici vous trouverez un peu de tout : des textes de chanson, de poésies que j’ai commis, des conférences que j’ai prononcées, des informations que j’ai glanées, des photographies que nous avons ramenées (ma famille partage cette passion avec moi !). C’est volontairement hétéroclite, comme l’amour et la passion. Bon voyage dans la patrie des haidouks, de Panaït Istrati, de Mircea Eliade ou de Constantin Virgil Gheorghiu…Le titre de cette section est celui d’une chanson que j’ai composée à mon retour de premier voyage en 1991, encore sous le choc de la découverte de ce pays et de ses habitants ; c’est pour moi un surnom amical, presque familial


les derniers articles


A propos de « Quatre mois, trois semaines et deux jours... » et de l’histoire récente de la Roumanie…
 une critique élargie à une réflexion sur le passé à conjurer

Gaby forever
 dans la nuit du mardi 7 novembre au mercredi 8, Gabriela Radut s’est définitivement endormie

Abrégé d’histoire roumaine
 Cette synthèse présente les grandes étapes de l’histoire de la Roumanie en sélectionnant les temps forts et les personnages les plus marquants.